Go to top
Nos actions

Le Mica en Inde

FINESSE ET ROBUSTESSE

Le mica désigne un groupe de minéraux aluminosilicates complexes ayant une structure en feuille ou en plaque avec une composition et des propriétés physiques différentes. Il est dur, chimiquement inerte, immunisé contre les variations climatiques, non toxique, transparent et imperméable. En vertu de ces incroyables qualités, il peut être réduit et atteindre une minceur extrême. Ainsi, le mica se prête à de larges applications commerciales, notamment des utilisations électriques et électroniques diverses comme la radio, la télévision, la téléphonie, l’électro-ménager mais aussi les produits dérivés du pétrole, ou enfin les pigments qui rentrent dans les compositions des peintures et à moindre mesure, dans les produits de maquillage.

L’INDE, 1ER PAYS EXPORTATEUR DE MICA

C’est en Inde que l’on retrouve les plus grands gisements de mica au monde. C’est le plus gros producteur mondial de feuilles de mica muscovite, la meilleure variété disponible de la planète. Dans les cosmétiques, elles sont principalement utilisées comme charge dans les poudres et remplacent parfois le talc pour les pigments dans les rouges à lèvres. Le mica est idéal pour créer des effets perlés et irisés.

 

PRÉVENIR LE TRAVAIL DES ENFANTS EN INDE

L’industrie du mica en Inde fait face à un défi socio-économique d’ampleur. Près de 70% de la production nationale est collectée illégalement au Nord-Est du pays, dans les districts du Bihâr et du Jharkhand, des régions reculées et particulièrement pauvres, dépourvues de services publics et difficiles d’accès. Compte tenu du revenu extrêmement faible perçu par les familles qui collectent le mica, (les sols sont très acides et inadaptés à la production agricole), impliquer les enfants dans ce travail pénible et dangereux devient une nécessité, une question de survie. L’absence de contrôle et de traçabilité des origines du mica collecté conduisent à de sérieuses dérives laissant la place à des pratiques et des conditions de travail inacceptables. Diverses études récentes réalisées par des ONG confirment que plus de 20 000 enfants travaillent encore dans les mines de mica et ne vont pas à l’école.

ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT STRUCTUREL, PATIEMMENT

Conscient que le changement systémique ne peut être réalisé que lorsque les populations deviennent elles-mêmes acteurs de ce changement, le NRSC a décidé de s’attaquer à cet enjeu crucial dès 2010. Il soutient dès lors le déploiement du modèle « Child Friendly Village » largement expérimenté depuis de nombreuses années par l’ONG BBA (Bachan Bachao Andolan/ Save the Children Movement) créée par Kailash Satyarthi, Prix Nobel de la Paix en 2014, qui lutte depuis son adolescence pour le respect des droits des enfants. Ce modèle, amélioré et complété au fur et à mesure des expériences, permet de retirer les enfants des mines, de leur faciliter l’accès à l’école, de leur fournir un repas par jour, d’installer des sanitaires, de l’eau potable, des centres de soins, d’informer les enfants comme leurs parents sur leurs droits les plus élémentaires. Il permet de favoriser l’émergence des talents des villageois pouvant devenir des sources de revenus complémentaires mais surtout de dignité.

 

UN MODÈLE QUI FONCTIONNE

L’impact du programme « Child Friendly Village », audité au cours de ces dernières années par plusieurs cabinets internationaux, révèle son indiscutable efficacité et sa soutenabilité. Pour autant, un mieux-être économique et social de cette région dépend principalement de l’engagement des acteurs de la filière mica à combattre le manque de transparence, à appliquer des pratiques vertueuses, respectueuses de l’homme, de la nature, et des règles et lois qui régissent le pays.

NRSC, MEMBRE FONDATEUR DU RESPONSIBLE MICA INITIATIVE

C’est face à cet enjeu et encouragé par les résultats concrets et positifs du modèle « Child Friendly Village » obtenus par l’ONG BBA sur le terrain que le NRSC a décidé en 2015, d’amplifier son initiative en mobilisant tous les acteurs de la chaîne de valeur, complexe par la multiplicité de ses applications industrielles, pour que des solutions collectives soient mises en œuvre.

En janvier 2017, le « Responsible Mica Initiative », une plateforme multi- secteurs, était créée rassemblant plus de 40 membres de l’industrie des pigments, peinture, électronique et cosmétique.

Le NRSC, resté concerné par cet enjeu, a décidé de maintenir son soutien auprès de l’ONG BBA, désormais dénommée Kailash Satyarthi Children Foundation (KSCF) pour veiller à l’éradication du travail des enfants dans les mines de mica et à l’amélioration des conditions de vie des villages concernés.

Le travail mené par le NRSC sur la filière mica témoigne de l’ampleur des impacts positifs potentiels lorsque l’ensemble d’une chaîne de valeur est impliquée, et représente à nos yeux un cas d’école sur l’inspiration que notre travail peut générer auprès d’autres acteurs de la filière.