Go to top
Nos actions

Autres filières

Conformément à notre approche méthodologique, nous commençons par réaliser un travail de recherche et d’enquête sur la filière qui nous semble présenter des enjeux forts en termes de conditions de vie des producteurs, de préservation des ressources naturelles, de respect des droits de l’Homme ou encore au regard des principes du Protocole de Nagoya. 

Le diagnostic filière est alors réalisé grâce aux informations récoltées auprès de l’ensemble des parties prenantes et surtout, par une visite sur le terrain. D’autres filières, de par leur complexité ou du fait de l’existence d’initiatives déjà en place, font plutôt l’objet d’un partage d’expériences.

AMYRIS

Suite au diagnostic réalisé pour l’Amyris en République dominicaine en 2017, le NRSC étudie actuellement la pertinence d’une action sur cette filière.

ARGAN

L’huile d’argan est extraite à partir du fruit d’un arbre endémique du Maroc, l’arganier. Elle est fréquemment utilisée dans l’industrie cosmétique pour ses propriétés hydratantes et antioxydantes. Une des étapes clés de l’extraction d’huile, le concassage, repose sur le travail des femmes berbères des zones rurales du Maroc. Il consiste à briser la noix entre deux pierres pour en extraire les amandons, qui seront malaxés puis pressés pour obtenir l’huile.
Cette filière fournit donc une source de revenus aux femmes et peut être un vrai levier de leur émancipation. Malgré ce potentiel, le travail des femmes reste pénible et précaire. Sensible à ces enjeux et conscient de la fragilité de l’équilibre social qui leurs sont inhérents, le NRSC propose des solutions potentielles à mettre en œuvre par les membres eux-mêmes pour que leurs pratiques soient, durablement, au bénéfice des femmes marocaines.

BOIS DE SANTAL

Un diagnostic est en cours de réalisation en Inde et au Sri Lanka.

BAY SAINT THOMAS

Principalement produite par l’île de la Dominique, l’huile essentielle de Bay Saint Thomas a souffert ces dernières années de deux catastrophes naturelles majeures dans la région des Antilles : la tempête tropicale Erika en 2015 et l’ouragan Maria en 2017. La production d’huile, et avec elle, la capacité des producteurs à en vivre, sont mises en péril par les dégâts causés par ces catastrophes, et se pose actuellement la question de la résilience climatique du secteur. Un diagnostic de la filière est actuellement en cours de réalisation.

CARNAUBA

Un diagnostic est en cours de réalisation au Brésil.

KARITE

La cosmétique représente 10% de l’usage du karité produit (l’alimentaire en absorbe les 90%), sous deux formes principales : le beurre et les noix.   L’industrie cosmétique utilise principalement des dérivés. Le karité est produit dans une zone particulièrement pauvre de l’Afrique subsaharienne, et représente souvent l’unique source de revenus pour de nombreuses femmes de cette région. Afin de mieux comprendre les enjeux du karité et de travailler à des solutions collectives, le NRSC est devenu membre de la Global Shea Alliance(GSA), et prépare actuellement le développement d’un projet sur le terrain.

PATCHOULI

L’Indonésie est le plus gros producteur de patchouli au monde, avec environ 1500 tonnes par an. La production est assurée par une multitude de petits producteurs, qui travaillent des petites surfaces et distillent eux-mêmes l’huile essentielle ; les pratiques présentent aujourd’hui de réels enjeux autour des pesticides et de la durabilité des cultures. Pour y répondre, de nombreux membres du NRSC développent déjà des initiatives individuelles, et le NRSC réfléchit désormais aux meilleures options pour apporter une vraie valeur ajoutée.

REGLISSE

Filière à la fois partagée par l’industrie cosmétique, parfums et arômes, elle trouve sa principale zone de production en Asie Centrale. Le NRSC se situe dans une phase exploratoire sur la filière et de partage des connaissances existantes.

ROMARIN

Filière destinée à la fois à la parfumerie, la cosmétique, l’aromathérapie et l’alimentaire, elle présente des marchés distincts entre la Tunisie et le Maroc, compte tenu des différences de qualités et de modes de production. Au Maroc, l’enjeu porte sur la viabilité économique de la filière, notamment pour les cueilleurs à travers les coopératives mises en place, dont le bon fonctionnement et la pérennité seront nécessaire pour garantir la durabilité de la filière.

En Tunisie, où la filière est déjà organisée, le NRSC réalise un travail de veille de manière à ce que les nouveaux projets qui se dessinent sur le territoire puissent s’intégrer de la meilleure manière possible à la filière existante.